J’ai lu « Pardon » d’Érika Boyer

IMG_6364Résumé

«  Tandis que le monde évolue et que la jeunesse fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit qu’avant, il reste tout de même des sujets dont il ne faut pas parler, des tabous qui ne sont pas prêts à être brisés. Mais quand l’inceste cache un amour inconditionnel que deux âmes ont simplement eu la malchance d une pas naitre dans les bons corps, n’est-il pas envisageable d’accepter l’inacceptable ?

Will ne prendra pas le risque, il préfèrera partir à 600 km de sa soeur plutôt que de potentiellement l’entrainer dans sa déchéance. Reste à savoir si « loin des yeux, loin du coeur » est une réalité ou bien un proverbe menteur et si Sarah acceptera de perdre son frère dans ce sacrifice amoureux.

Note de l’auteure, que j’ai apprécié avant de commencer ma lecture.

« Il est important de rappeler qu’une relation incestueuse n’est pas illégale lorsqu’elle est consente. Il ne faut pas confondre l’inceste avec un abus sexuel ou viol incestueux, l’un est légal tandis que les autres sont punis par la loi, l’un est consenti tandis que les autres sont des actes criminels. Si l’inceste reste un sujet tabou dans notre société, il n’est cependant pas illégal. »

(…)

« En France, l’inceste, c’est-à-dire le rapport sexuel entre deux personnes qui sont parents à un degré où le mariage est interdit, ne constitue pas une infraction spécifique. Si la relation est librement consentie et concerne deux personnes qui ont dépassé l’âge de la majorité sexuelle, fixé à quinze ans dans notre pays, elle ne tombe pas sous le coup du code pénal. »

Mon avis 

Un peu difficile à poser, parce que je souhaitais mettre les mots justes sur mon ressenti et de la façon la plus honnête possible.

Cette lecture au-delà d’avoir été celle de la découverte de l’histoire de Will a été aussi celle du chemin de ma réflexion jusqu’au point final et au-delà.

L’histoire de Will :

Will ne l’a pas choisi mais c’est un fait il est irrémédiablement amoureux de sa soeur. Alors bien que cela le déchire, il décide de quitter la Bretagne pour s’installer à Bordeaux en laissant derrière lui sa mère et sa soeur. Au-delà de la distance physique il va aussi limiter au maximum le contact avec sa soeur, mais aussi avec sa mère. Il tente de se construire une vie là-bas. Il rencontre Achir et ses deux enfants qui deviendront rapidement comme une deuxième famille. Puis de nouvelles amitiés naîtrons notamment celle avec David, qui deviendra son meilleur ami. Seulement, le poids de son amour pour sa soeur fait qu’il survit plus qu’il ne vit.

Will se dégoute.

Will ne pense pas mériter la gentillesse des personnes qui l’entourent.

Will se cache derrière les mensonges.

Will n’est plus vraiment Will.

Puis il y a Sarah, sa soeur qui ne comprend pas pourquoi son frère, son double, ne veut pas répondre à ses appels. Pourquoi il ne vient pas leur rendre visite. Les excuses s’enchaînent mais elle sait que quelque chose ne va pas. Elle se sent abandonnée.

Lorsque la vérité éclatera : Qui comprendra ? Sera-t-il rejeté ? Et que va-t-il advenir de sa relation avec Sarah ?

Moi face à ce tabou ?

Ce que j’ai particulièrement aimé c’est toute la réflexion que j’ai eue par rapport à l’inceste consentant.

Hormis la note de l’auteure, que j’ai mentionné plus haut, Erika Boyer débute le roman avec cette citation de Harry Styles : « Love is love. » et pour ceux qui me connaissent, vous savez que c’est une citation qui me tient à coeur et pas uniquement parce qu’elle est signée de cet artiste. Je pense être quelqu’un de très ouvert et pourtant il ne fut pas si simple de passer outre certaines émotions.

En effet, il y a les réactions que vous voulez avoir, parce que vous vous dites que votre coeur doit « accueillir » cet amour de la manière la plus naturelle du monde. Puis il y a les réflexions que vous avez réellement eu.

Et j’ai beaucoup « navigué » durant ma lecture, entre « ouverture d’esprit » et « gêne » 

Comment me mettre à la place de Will ?

C’est d’abord impossible, tout simplement parce que c’est un fait, je ne pourrais pas me mettre à la place d’une personne amoureuse d’un membre de sa fratrie. M’imaginer aimer mon frère de cette façon est tout simplement de l’ordre de l’impensable.

Pourtant, je ne peux pas dire que je n’ai pas réussi à me mettre à sa place non plus. Pourquoi ? Parce que si on oublie que c’est de sa soeur dont Will est éprit, on peut tous être amené à ressentir ce qui le ronge. Will est simplement un homme profondément amoureux et cet amour lui est interdit. Il ne choisit pas, ça lui tombe dessus. Le voir se battre contre ça, s’effacer parce que la personne qui fait battre son coeur (et aussi dans ce cas le fait suffoquer par son absence) n’est pas celle que la société lui autorise d’aimer. J’ai ressenti un sentiment d’injustice, parce qu’il est juste amoureux et qu’il n’y a rien de mal à éprouver ce sentiment.

Alors, j’ai oscillé, car je ne conçois pas ça pour moi, mais qu’au final on ne parle que d’amour. Je me suis demandée quel personnage j’aurais été dans son histoire. Quel est celui qui se serait approché le plus de ma réaction ?

Mais le plus important dans ma réflexion, fut quand je n’ai plus réfléchi. Parce que ce qui m’a beaucoup frappé aussi, c’est à quel point le regard des autres détermine la façon dont Will se voit. Il se dégoute. Mais ne se voit-il pas comme un monstre uniquement parce que c’est l’image que la société lui renvoie ?

Mérite-t-il ce dégoût ?

Est-que ce que je pense que mon opinion sur l’histoire de Will, doit avoir un impact sur sa propre vie ?

La réponse à ces questions est clairement non.

Et en quoi son amour pour sa soeur est censé avoir un impact sur ma propre vie ?

Nous ne sommes pas obligés d’appréhender les choses de la même manière, nous devons simplement être respectueux et ne pas imposer notre vision à l’autre.

Je vous laisse, à travers les prochaines citations, découvrir les mots d’Érika Boyer et un peu de l’histoire de Will.

 

Citations 

« Ma soeur a toujours été la personne la plus précieuse au monde pour moi et la voir pleurer est encore aujourd’hui ma plus grande faiblesse. Je n’ai jamais été connu pour ma sensibilité, et pourtant mon coeur saignait une goutte à chaque larme qu’elle versait et ce jour-là, j’aurais bien eu besoin d’une transfusion sanguine »

 

« Il est dit qu’on ne choisit pas sa famille mais en quoi le simple fait de partager le même sang définit-il que nous devons obligatoirement nous aimer et être liés ? Je t’aime pour bien d’autres raisons et si demain je décide de rayer quelqu’un de ma vie, je ne me soucierai pas de son ADN. »

 

« Je voulais Sarah, je la voulais tellement à cet instant, que la mort me semblait plus douce que la vie sans elle. »

 

« Est-ce que je croyais qu’on puisse aimer comme un fou, à en mourir, une seule personne jusqu’à la fin de notre vie ? Oui, j’en étais même convaincu. Est-ce que cela résultait forcément sur du bonheur et une vie heureuse ? Non, en aucun cas. »

 

« Je ne supporte plus d’être loin de toi, le gris de mon quotidien a besoin des couleurs de ton âme. »

 

Liens utiles :

En savoir + sur Érika Boyer

Son site : https://erikaboyer.com

Son Instagram  : https://www.instagram.com/erikaboyerauteure/

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/erikaboyerauteure

 

 

4 réflexions sur “J’ai lu « Pardon » d’Érika Boyer

  1. J’avais aimé échanger avec toi en mp Insta et j’ai tout autant aimé lire ta chronique, voir ton cheminement, les questions que tu t’es posée et tes conclusions que je trouve très justes. C’est vraiment du pur bonheur d’avoir ce genre de retour sur ce livre, d’une personne qui n’occulte pas l’aspect frère-sœur et qui tient compte de la réalité, de ce qu’elle ferait vraiment, de ce qu’elle ressent. C’est super intéressant !

    (J’ai noté une petite erreur, le papa c’est Achir et Ismet, c’est son fils, mais il y a tellement de prénoms qu’on peut s’y perdre xD)

    Bref, un grand merci pour cette super chronique que j’aime vraiment beaucoup ♡

    Aimé par 1 personne

    1. Oupppsss, n’importe quoi moi ! Bécasse que je suis ! C’est modifié pour Achir🤦🏻‍♀️

      J’ai vraiment adoré avoir toute cette réflexion et j’adore quand les livres me permettent ça. Je pense qu’on en apprend sur les autres mais aussi sur soi.
      Alors merci pour tout ça ❤️

      J'aime

Répondre à MoiMesLivresMonBazar Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s