J’ai lu ‘Louis veut partir’ de David Fortems

Résumé

La neige recouvre tout mais pas les images. Pascal voudrait s’ouvrir la tête pour les prendre à mains nues et les jeter dans la Semoy, qu’elles s’enfoncent dans la vase, dans les algues vertes et gelées de la rivière. Il se dit que c’est peut-être ça que Louis a cherché à faire. Il a cherché à tout éteindre. À faire un noir. À fuir.

Pascal, ouvrier dans une petite ville des Ardennes françaises, a toujours été fier de son fils Louis, un garçon calme et bon élève qui passe son temps dans les livres. Une passion presque obsessionnelle pour la littérature qui surprend dans leur entourage modeste. Tous deux mènent une vie tranquille, faite de silences complices. C’est du moins ce que pense Pascal jusqu’à ce que Louis soit retrouvé mort à la confluence de la Meuse et de la Semoy, où il a décidé de mettre fin à ses jours. Pourquoi un tel geste ? Que s’est-il passé ? Abasourdi et accablé, Pascal va peu à peu découvrir la vérité. Et bientôt, une évidence : son fils était pour lui un parfait inconnu.

Mon avis

J’ai d’abord appris à connaître Louis à travers Pascal. Pascal ce  père célibataire aimant qui est passé à côté de son fils, par manque de communication. Ce père partant du postulat que si son fils n’allait pas bien, il le lui dirait. Ce père maladroit qui n’a pas su déceler que derrière certains sourires se cachent beaucoup de tristesse, de questions, d’incertitude et de solitude. C’était difficile de voir ces petites alertes qu’il n’a pas sus voir. 

La douleur et l’incompréhension de Pascal, va l’amener à enquêter sur les raisons du suicide de son fils. C’est là, à travers les témoignages de ceux qui ont croisé le chemin de Louis, que l’on va découvrir ce Louis complètement inconnu de son père. Cette vérité est crue, elle fait mal. On ressent toute la détresse de ce père et c’est parfois extrêmement poignant.

Comment accepter que la véritable vie de son fils lui est complètement étrangère ? Comment accepter d’être passé à côté de la personne à laquelle on tient le plus au monde ?

Puis on va découvrir, les rêves de Louis, ce gamin qui se fait petit face à son père, car il sait que son père trime pour maintenir le foyer. Louis ne dit rien, mais Louis veut partir… Je ne souhaite pas en dire trop, car tout l’intérêt est aussi de voir au fil des pages ce qui conduit Louis à cette malheureusement conclusion. Conclusion à laquelle personnellement je ne m’attendais pas.

L’auteur à travers ce roman aborde de nombreux sujets, qui encore une fois dans un souci de ne rien spoiler je préfère ne pas dévoiler (ou voir plus bas mes # pour les curieux).

Une lecture que j’ai beaucoup appréciée et je remercie #NetGalleyFrance de m’avoir permis de me plonger dedans.

Citations

« Il parlait peu. Ça ne le dérangeait pas plus que ça. Il aimait bien le silence entendu entre eux. Il lui demandait si tout se passait bien à l’école et Louis répondait que oui. Pascal sentait son devoir accompli. »

« Combien de fois avait-il entendu les histoires de ses collègues à l’usine, parler de leurs enfants comme une corvée, réduits à l’état de bouches à nourrir et de mains à occuper ?

Louis lui foutait royalement la paix et Pascal, sans jamais le formuler, lui en avait toujours été reconnaissant. Le dos éreinté par le fer et l’usine, l’une des dernières en activités dans la vallée de la Meuse qui semblait échapper à la désindustrialisation de la région – quand les autres usines fermaient à la chaîne, eux n’avaient jamais entendu parler de plan social; il trouvait même ça bizarre, à la longue. Pascal n’aurait pas eu la force d’assumer Louis seul le soir. C’est ça aussi, les gamins qui grandissent sans mère. »

« Tout ce qui lui passe par la tête, c’est cette question avec laquelle il faudra dorénavant se lever tous les jours : comment survivre à la mort d’un enfant qui a choisi de perdre sa propre vie ? « 

« La tempête s’éloigne et les vents sont calmés. La forêt qui frémit pleure sur la bruyère. C’est ce que Pascal avait appris à Louis. Après de fortes pluies, une brume épaisse s’échappe des collines pour rejoindre l’azur. On appelle ça la forêt qui pleure. »

Quelques sujets abordés (Spoiler)

#homosexualité #isolement #pornographie #drogue #suicide #détresse #classesociale #…

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s